Couleur

Vous êtes ici sur le catalogue de vins en ligne des Supermarchés Casino, une cave 100% accessible depuis chez vous en quelques clics et grâce au drive.

Lire la suite

Mais si certains amoureux de Bacchus savent de quoi il en retourne, d’autres ont besoin de notions de base. Et la base, ce sont les couleurs du vin. Les vins rouges sont les plus consommés, représentant plus de la moitié du marché. Les vins rosés talonnent ces derniers avec un tiers des ventes tandis que les vins blancs affichent 16% des achats.

Trois couleurs, trois états d’esprits. En cuisine, il existe un fossé de taille entre celles-ci. Tandis que l’on vous conseillera un bon vin rouge pour accompagner une viande, le chef aura tendance à vous servir un vin blanc moelleux pour accompagner son dessert chocolaté ou un foie gras. Un rosé de qualité accompagnera les grillades de l’été et un vin blanc sec se mariera à merveille avec une fondue. Il faut noter que ces différences s’amenuisent avec le temps car les grands sommeliers se plaisent désormais à jouer avec les règles établies.
Pour celui qui déguste les vins, la différence est dans le goût et dans la couleur. Pour celui qui créer ce précieux nectar, la différence est dans la vinification. En effet, selon les cépages, les climats et les lieux, il sera possible de créer une infinité de robes et de couleurs. Contrairement à une idée communément répandue, les vins rosés ne sont pas un mélange de vins blancs et de vins rouges. De base, la couleur du raisin n’influence pas sur la robe du vin car le jus est toujours blanc. La couleur du vin vient du contact, plus ou moins prolongé, avec la peau des raisins. Certains cépages étant plus sombres que d’autres, il y a des tendances qui ressortent : un Crozes-Hermitage sera plus intense qu’un Saint-Nicolas et un Sauternes plus doré qu’une Roussette de Savoie.
Enfin, il faut faire attention aux températures de service. Bien qu’elles varient selon les variétés et les millésimes, on considère en général qu’un rouge se sert chambré, tandis qu’un blanc ou un rosé supporte entre 11 et 13 degrés.
Consommer avec modération, c’est consommer avec passion.


Désolé, cette catégorie est vide.

Vous êtes ici sur le catalogue de vins en ligne des Supermarchés Casino, une cave 100% accessible depuis chez vous en quelques clics et grâce au drive.

Lire la suite

Mais si certains amoureux de Bacchus savent de quoi il en retourne, d’autres ont besoin de notions de base. Et la base, ce sont les couleurs du vin. Les vins rouges sont les plus consommés, représentant plus de la moitié du marché. Les vins rosés talonnent ces derniers avec un tiers des ventes tandis que les vins blancs affichent 16% des achats.

Trois couleurs, trois états d’esprits. En cuisine, il existe un fossé de taille entre celles-ci. Tandis que l’on vous conseillera un bon vin rouge pour accompagner une viande, le chef aura tendance à vous servir un vin blanc moelleux pour accompagner son dessert chocolaté ou un foie gras. Un rosé de qualité accompagnera les grillades de l’été et un vin blanc sec se mariera à merveille avec une fondue. Il faut noter que ces différences s’amenuisent avec le temps car les grands sommeliers se plaisent désormais à jouer avec les règles établies.
Pour celui qui déguste les vins, la différence est dans le goût et dans la couleur. Pour celui qui créer ce précieux nectar, la différence est dans la vinification. En effet, selon les cépages, les climats et les lieux, il sera possible de créer une infinité de robes et de couleurs. Contrairement à une idée communément répandue, les vins rosés ne sont pas un mélange de vins blancs et de vins rouges. De base, la couleur du raisin n’influence pas sur la robe du vin car le jus est toujours blanc. La couleur du vin vient du contact, plus ou moins prolongé, avec la peau des raisins. Certains cépages étant plus sombres que d’autres, il y a des tendances qui ressortent : un Crozes-Hermitage sera plus intense qu’un Saint-Nicolas et un Sauternes plus doré qu’une Roussette de Savoie.
Enfin, il faut faire attention aux températures de service. Bien qu’elles varient selon les variétés et les millésimes, on considère en général qu’un rouge se sert chambré, tandis qu’un blanc ou un rosé supporte entre 11 et 13 degrés.
Consommer avec modération, c’est consommer avec passion.